Les start-ups Mexicaines ensembles pour s’attaquer au défi de la mobilité urbaine !

Date: 31 mar 2016
Cat: Mexique, Startups

La mobilité urbaine est un sujet complexe qui implique de nombreux acteurs. L’acteur principal est, le plus souvent, la ville elle-même avec des programmes d’urbanisation ; des investissements conséquents dans les infrastructures de transports publics, mais pas seulement…

Comme Jimena (cofondatrice de Carrot) nous l’a confié : « obtenir un système de mobilité urbaine efficace peut être grandement facilité par des initiatives privées ».

A  Mexico ou CDMX, on rencontre de nombreuses start-ups  innovantes, offrants des services de mobilité (voitures partagées, scooters électriques partagés, …). Certaines vont même plus loin et ont décidé de se regrouper pour travailler ensemble et proposer une solution complète répondant aux besoins de mobilité d’un habitant : MuevAC !

Sintucoches (1)

La mobilité urbaine, une préoccupation sociale

La mobilité urbaine est un sujet démocratique : il touche tout le monde “de la personne la plus riche à la plus pauvre à CDMX” (Jimena, MuevAC). En moyenne pour effectuer un trajet quotidien depuis son domicile à son lieu de travail, un Mexicain passera 1h21 dans son véhicule (et un temps identique pour le trajet retour). Concrètement, cela signifie que, chaque jour, un Mexicain passera près de 3 heures au volant de sa voiture. Plus largement, ils passeront près de 44 jours par an au volant de leur véhicule seulement pour se rendre à leur travail.

traffic-mexico-city

Les Mexicains sont les proches voisins des Etats-Unis. Ils ont très longtemps considéré l’achat d’une voiture comme le « Saint-Graal ». Plusieurs facteurs ont conduit à cette culture de l’automobile et de la possession :

  • Social : Comme pour les Américain, ou les Européens pendant la révolution industrielle, la voiture est associée à un statut social. « Si j’ai une voiture, j’ai réussi socialement : aussi bien professionnellement que personnellement ».
  • Economique : En 2013, le Mexique était le 13ème fournisseur mondial de pétrole. En conséquence, le prix de l’essence n’est pas dissuasif car les Mexicains ont accès à de l’essence bon marché.
  • Infrastructure : L’organisation des villes Mexicaines est souvent calquée sur le modèle américains, appelé Urban Sprawl ou «expansion urbaine/tentaculaire ». A l’inverse des villes européennes qui ont souvent fait le choix d’une expansion verticale, ils ont utilisé un modèle d’expansion horizontale avec des zones périurbaines constituées de pavillons individuels, éloignées des centres économiques, et le plus souvent seulement connectées par de grands axes routiers (autoroutes, viaducs…)

Néanmoins, sur les 4 dernières années, CDMX a vu “arriver un changement de mentalité. Les personnes reconsidèrent leurs standards. Peu à peu, ils modifient leur paradigme : d’un modèle je détiens un véhicule (voir plusieurs) à un modèle je ne possède pus de véhicule » (Jimena, MuevAC).

De nombreuses initiatives ont été lancées par le gouvernement pour promouvoir ce changement : mettre en avant l’utilisation du vélo via Ecobici ou la mise en place de régulation. Par exemple, le gouvernement a réfléchi à une mesure qui incite les conducteurs les plus polluants à réfléchir à l’utilisation de leur véhicule : ils ne peuvent utiliser leur véhicule un jour par semaine sous peine d’amende.

Cependant, “on ne peut demander à une personne d’abandonner son véhicule sans lui offrir d’alternatives.” (Jimena)

La mobilité urbaine, un sujet tentaculaire!

Ces 10 dernières années le gouvernement Mexicain a travaillé au développement de transports publics (les lignes de BRT, le Metro ou Ecobici) et encouragé le transport sans voiture. Cependant, Mexico est une ville de plus de 20 millions d’habitants, étendue sur 3600 km2. Il est très difficile pour les municipalités de répondre à tous les besoins des habitants.

mexico-vue-du-ciel

Mexico vu du ciel

En parallèle, de nombreuses initiatives privées ont vu le jour comme le partage de véhicule, le lancement d’applications qui aident à la multi-modalité… Néanmoins, une solution ne peut couvrir à elle-seule les besoins distincts d’une personne pour se déplacer.

C’est à partir de ce constat qu’est né MuevAC (qui signifie “MoveYourSelf” ou “Remues-toi ») !

Ce projet a commencé il y a 4 ans, à l’initiative de deux jeunes et dynamiques start-ups :

carrot

    • Est un système de partage de véhicule avec une application.
    • Crée il y a 4 ans à Mexico City. Le principe est identique aux sociétés de partage de véhicule (exemple : autolib à Paris).
    • Le fonctionnement ? Les utilisateurs s’enregistrent sur l’application. Ils peuvent collecter le véhicule à une des stations (disséminées dans la ville), l’utiliser autant qu’ils le souhaitent et la redéposer à la même station.
    • Business model: Une partie fixe (qui dépend du statut de l’utilisateur : occasionnel ou régulier) et une partie variable en fonction de l’utilisation (par heure, par jour,…)

carrot car

      7533213_orig

    • Était une application B2B (Business to Business) : du covoiturage pour les entreprises et/ou les universités. Par la suite, ils ont ajouté à leur portfolio le covoiturage entre particuliers pour des trajets entre différentes villes.
    • Le fonctionnement :
      • Pour la partie B2B (entreprises/unniversités) : la société utilise l’application d’Aventones pour permettre aux employés/aux élèves de covoiturer.
      • Pour la partie B2C (particuliers) : les particuliers utilisent la plateforme pour trouver un trajet. Ils partagent ainsi les frais (essence, péages…).
    • Historique : Aventones a été acheté en 2015 par la société Blablacar. C’est une entreprise internationale qui propose une plateforme facilitant le covoiturage entre particuliers entre différentes villes.

aventones1_g

Aujourd’hui; MuevAC est un groupe de 13 organismes : des start-ups (Kangou, Carrot), des ONG (EMBARQ), des entreprises (Uber) et des organisations gouvernementales (Laboratorio para la ciudad). Ils travaillent ensemble à proposer un service de mobilité aux habitants de CDMX.

Laboratorio
reserbus
netlit
kangou
econduce
ecobici
cabify
blablacar
Yaxi
uber
tu ola
carrot

Trois grandes priorités :

  • Combiner leurs forces et leurs expériences pour discuter avec les organismes gouvernementaux.
  • Améliorer leurs services en offrant une solution complète de mobilité à leurs clients.
  • Etre l’ambassadeur d’une mobilité urbaine durable auprès de leurs clients et du gouvernement.

 

En résumé, utiliser leurs réseaux pour avoir plus d’influence : l’union fait la force !

Un projet concret : 30 jours sans ta voiture !

Pour promouvoir la mobilité urbaine, MuevAC a lance le programme : #Sintucochestumuevesmejor. En français : sans ta voiture, tu te déplaceras mieux !

Le principe est simple ! Parmi leurs clients, ils ont sélectionné 10 personnes et leur ont demandé leur donner leur clé de voiture pendant 1 mois. MuevAC leur a proposé des alternatives à l’utilisation de leur véhicule ! Chaque membre de MuevAC a offert gratuitement ses services.

A la finalité, c’est un véritable programme de télé-réalité avec un objectif, sous-jacent, éducatif ! Le but est de prouver au Mexicain qu’ils peuvent vivre sans leur voiture… au moins un jour par semaine ! « Si chaque habitant de Mexico n’utilisait pas sa voiture une fois par semaine, le trafic diminuerait de 20%. Les impacts seraient nombreux pour la ville : la pollution diminuerait, la qualité de vie des habitants s’améliorerait et la ville ferait de grosses économies ! Selon les statistiques actuelles, la ville de Mexico dépense chaque année 20 millions à cause des bouchons ! » (Jimena).

Cette expérience a été filmée et sera mise en ligne en Août 2016 !

Pour en savoir plus :